Cartes sentimentales #2

Carte pari­sienne des lieux où j’ai passé mes nuits dans la Capitale.

33 adresses dif­fé­rentes, ce qui n’est pas énorme pour une quin­zaine d’années cumu­lées pas­sées dans la ville. J’ai mal­gré tout dû oublier quelques lieux (chez les copains de pri­maires). Par­fois ce ne fut que pour une nuit, d’autres fois pour des durées allant de 1 à 7 ans, chez moi ou chez des amis, par terre ou dans un lit, de manière pré­mé­di­tée ou par acci­dent, seul ou dans des chambres à plusieurs.

Si l’on fait la liste des rues par ordre alpha­bé­tique, on obtient : ave­nue de Choisy, ave­nue Den­fert Roche­reau, ave­nue du Géné­ral Leclerc, 2 endroits dif­fé­rents dans l’avenue Gam­betta, ave­nue Vic­tor Hugo, bou­le­vard Auguste Blan­qui, bou­le­vard de la Cha­pelle, 3 endroits dif­fé­rents dans le bou­le­vard Vincent Auriol, 2 endroits dif­fé­rents dans la Cité Uni­ver­si­taire, le Couvent des Récol­lets, pas­sage Thiéré, rue Alfonse Karr, rue Beau­re­paire, rue Brous­sais, rue de Baby­lone, rue de Cha­ren­ton, rue de Cour­celles, rue de l’Alboni, rue de la Folie Régnault, rue de la Réunion, rue de la Soli­da­rité, rue du Rhin, rue Friant, rue Rémy de Gour­mont, rue Saint Far­geau, rue Saint-Gilles, rue Sedillot, rue Vitruve, l’Université de la Sorbonne.

On constate alors que je n’ai jamais dormi dans les 1er, 2ème, 4ème, 6ème, 8ème, 9ème, 12ème et 15ème arron­dis­se­ments et que ce fut plu­tôt dans l’Est (11ème, 19ème et 20ème) et le Sud pari­sien (13ème et 14ème).

Les nuits uniques furent celles de l’Université de la Sor­bonne, du Couvent des Récol­lets, 2 endroits (sur 3) du bou­le­vard Vincent Auriol, rue de l’Alboni, rue Brous­sais et dans cha­cun des 2 endroits dif­fé­rents de la Cité Universitaire.

À Paris, je n’ai jamais dormi dans la rue, dans un parc ou une cage d’escalier contrai­re­ment à d’autres villes.