Carte sentimentale #3

Cartes des 18 endroits où j’ai passé mes nuits berlinoises.

Au Nord de la ville, ça cor­res­pond sur­tout à l’ancien sec­teur fran­çais (Froh­nau, Hei­li­gen­see et Wed­ding) pen­dant la période de mon ser­vice mili­taire. Au Sud, Kreuz­berg et Neukölln où se trouvent la plu­part de mes amis puis Friedrichshain. Pour ce qui est de Prenz­lauer Berg, c’est que, ce soir là, je ne vou­lais pas que la nuit finisse en ren­trant dor­mir seul chez moi.

Dans l’ordre chro­no­lo­gique des décou­vertes de 1988 à 2012, nous avons donc :

  • 2 étages dif­fé­rents du même immeuble dans la Willi­bald Alexis Straße ;
  • Une nuit à dor­mir sur les tables du café le Sim­plis­si­ci­mus, à l’angle de la Ber­nauer Straße et de la Heim­straße, avec Éric ;
  • 4 endroits dif­fé­rents dans la caserne du Quar­tier Napo­léon : le bâti­ment de la Com­pa­gnie d’instruction pour les classes pen­dant deux mois, ma chambre une fois rejoint mon régi­ment d’affectation, le 46° RI, pen­dant 10 mois, mon labo photo quand je vou­lais échap­per à la lour­deur mili­taire et l’hôtel Mos­kowa pour les invi­tés, avec ma belle pen­dant un mois avant d’avoir le stu­dio de la Arndts­traße ;
  • Quelques nuits de “cam­ping” à Hei­li­gen­see pen­dant mes classes lors de mon ser­vice mili­taire dans la ville ;
  • Juste une nuit dans le local qui ser­vait de temple pro­tes­tant pour les Fran­çais du quar­tier Napoléon ;
  • Quelques nuits à Froh­nau dans la mai­son de fonc­tion d’un haut fonc­tion­naire du gou­ver­ne­ment mili­taire de Ber­lin ;
  • Chaque wee­kend, pen­dant un mois, dans un stu­dio de la Arndts­traße, l’été 1989 avec ma belle ;
  • Une nuit sur une table du café le Panama dans la Wie­ner Straße où un type fai­sait son yoga dans la posi­tion du poi­rier au fond du bar ;
  • Dans 3 pièces dif­fé­rentes de la Fidi­cins­traße depuis 1990 qui est désor­mais mon pied à terre lorsque je viens dans la ville ;
  • 10 nuits dans l’appartement d’une amie dans la Skat­lit­zer Straße pour mon retour en 2012, après 20 ans d’absence dans Berlin ;
  • Quelques nuits (blanches) dans la Fram­straße ;
  • 2 nuits presque à la belle étoile sous une ver­rière au der­nier étage d’un immeuble de la Gör­lit­zer Straße ;
  • Presque 10 nuits d’extase, de déprime, de ques­tion­ne­ment, de bois­son, d’écriture, de créa­tion dans la Finos­traße ;
  • Une nuit dans l’arrière-boutique d’une gale­rie d’art de la Got­land­straße.

Il y a cer­taines nuits que j’avais com­plè­te­ment oubliés (dans les cafés ou cette nuit d’hiver pas­sée dans les esca­liers sur le palier de chez Wolf­gang parce qu’il n’était pas là et que je n’avais pas encore les clés de l’appartement…) et dont j’ai retrouvé la trace dans mes notes d’il y a 20 ans… Des noms d’amis aussi comme Marc & Muriel, amou­reux de Ber­lin, qui en 5 mois étaient pas­sés par 7 appar­te­ments, tous dans Kreuzberg.

Lors de mon pro­chain séjour à Ber­lin, je sais déjà que de nou­veaux lieux m’attendent…

MISE À JOUR (2014)

  • Presque 10 nuits, dans le Wagen­burg Lohmühle de la Lohmüh­lens­traße ;
  • Deux nuits, qui res­te­ront une éter­nité, à hési­ter encore à chan­ger com­plè­te­ment de vie… dans la Sonn­tag­straße.