Confrontations

Que cherche-t-on quand on revient 20 ans après dans une ville qui a tant compté dans son par­court personnel ?

Pen­dant 40 ans Ber­lin a été une île, comme « pro­té­gée » du reste du monde. Une ville qui tout en étant au cœur l’histoire du 20° siècle s’est retrouvé hors du temps.

Main­te­nant que le mur est tombé, qu’il n’y a plus de confron­ta­tion Est/Ouest, qu’elle est rede­ve­nue la Capi­tale de l’Allemagne, la ville est ren­trée dans le temps devenu sou­dain si ordi­naire.

Mais entre temps l’Histoire s’est en par­tie arrê­tée.

Nous sommes désor­mais dans la non-histoire délé­guant chaque jour davan­tage nos vies à des machines. Il n’y a plus rien à espé­rer, plus de révo­lu­tion à faire sinon celle de l’accès au cré­dit pour tous, du droit aux soldes, de l’injonction de l’illusion d’être soi-même en por­tant tous la même cas­quette, d’être connecté à cha­cun à tout ins­tant sans n’avoir plus rien à dire sinon pro­gram­mer le pro­chain rendez-vous de la pro­chaine cuite…

Le temps capi­ta­liste s’empare dou­ce­ment de ses quar­tiers pour en faire de magni­fique vitrine d’un art de vivre qui se mon­naye de plus en plus cher.

Comme à Paris, New York, Londres, Mos­cou… la gen­tri­fi­ca­tion opère la trans­for­ma­tion en une bana­li­sa­tion fun des rues et des habi­tudes.

On trouve les mêmes enseignes ves­ti­men­taires, les mêmes chaines ali­men­taires, les mêmes banques, les mêmes publi­ci­tés, les mêmes archi­tec­tures modernes de verre et de fer qui imposent leur opaque trans­pa­rence. Et pen­dant que ceux qui ont de l’argent s’épanouissent, d’autres doivent s’exiler, s’effacer, s’appauvrir…

Nos souf­frances nous appa­raissent sou­vent trop lourdes à por­ter. Ici à Ber­lin, elles sem­blaient sou­dain déri­soires. Il était pos­sible de s’oublier, de s’intéresser aux autres, aux restes du monde, d’expérimenter dans une plus grande liberté, de prendre du temps pour lais­ser émer­ger en soi quelque chose, et créer, enfin…

Il n’est pas encore cer­tain que la bas­cule est tota­le­ment eu lieu. Il reste de très nom­breuses friches, cafés, réseaux de mul­tiples mili­tances qui font que la ville a encore ce quelque chose en plus que Paris a per­due depuis longtemps.

Il y a 20 ans, du fait des événe­ments his­to­riques, la ville ces­sait d’exister à l’instant même où je la quit­tais.

Ce retour fut celui d’un voyage inté­rieur entre dou­leur et renais­sance.

Com­mencé de manière insou­ciante, il s’est pro­longé dans un chaos phé­no­mé­nal pour finir, le der­nier jour, sur une apothéose.

Renouer avec le passé sans le momi­fier ou l’idéaliser, se récon­ci­lier avec soi-même et avec l’autre, retrou­ver le sel de la vie à tra­vers le goût des autres et trou­ver un sens qui n’explique rien, n’apporte aucune réponse mais donne envie de conti­nuer, de par­tir loin pour reve­nir avec de nou­velles his­toires à raconter.