Vitrines bruxelloises

Bruxelles devient peu à peu le centre du pouvoir politico-administratif de l’Europe.

Avec la création de quartiers réservés à l’élite détruisant des pâtés entiers de vieilles maisons, il demeure dans cette ville une certaine naïveté. Comme une ville provinciale mais ouverte sur le monde.

Comme par­tout, la gen­tri­fi­ca­tion fait son œuvre mais il existe encore la pos­si­bi­lité de vivre loin de ces hyper-riches qui tentent de nous impo­ser leur mode de vie vide de sens. Contrai­re­ment à Paris où la bataille de la mar­gi­na­lité est qua­si­ment per­due, Bruxelles, comme Ber­lin, offre de petits coins où l’imagination, la poé­sie, la flâ­ne­rie, la créa­ti­vité s’expriment et infusent déli­ca­te­ment votre esprit.