Scratches ? Le pédantisme en mouvement

Suite à l’article sur l’exposition « Scratches » de la MEP, voici une petite illus­tra­tion réa­li­sée en 4 minutes chrono sur la ligne 8 direc­tion Créteil-Préfecture (désor­mais Créteil-Pointe du Lac) de ce que l’on peut faire avec un iPhone et l’application Instagram…

Après, on peut habiller ça avec un dis­cours du genre

« Issus de l’anglais du XVIII°, scratch, avait autre­fois le sens de « tracé dans le sol d’une ligne de démar­ca­tion ou de départ ». C’est donc à par­tir de ces sillons gra­vés, véri­table concen­tré de radi­ca­lité, entaillant la matière même des vitres des trans­ports pari­siens que j’invite le voya­geur immo­bile à refaire éter­nel­le­ment le même tra­jet de sa propre vie. Les gra­veurs, incar­na­tion de la rébel­lion urbaine sans conces­sion, mettent ainsi en rela­tion, dans ces mes­sages jetés à la figure du séden­taire en mou­ve­ment, les cou­leurs, les reflets et les lumières de la ville pié­gés dans ces ornières afin de révé­ler les contra­dic­tions de notre monde médiatico-publicitaire bouffé d’angoisse et d’ordre »