Politis est-il un journal altermondialiste ?

Le discours : dans Politis on trouve pas mal d’informations dites “alternatives”, “altermondialistes”, “de gauche”… C’est une assez bonne compilation papier de ce que l’on peut trouver sur Internet quand on a du temps à passer devant son ordinateur, parce que sinon, on n’y apprend rien.

Le site de Politis où l’on remarquera la bannière faite de José Bové, de lutte anti-OGM, de manifs de sans-papier… des images fournit par l’AFP

Les actes : sur le plan de l’illustration, le gouffre !

Ainsi en reprenant les 10 derniers numéros disponibles à la bibliothèque de mon quartier (les numéros : 902, 904, 905, 906, 908, 911, 912-913-914, 916, 917 et 918), couvrant la période du 18 mai au 27 septembre 2006, on obtient les quelques statistiques suivantes sur un total de 512 photographies :

* 326 avaient été achetées à l’AFP;
* 55 étaient des publicités (publicités, couvertures de livres, affiches de spectacles…);
* 54 étaient signées DR;
* 45 étaient signées d’un nom de photographe ou d’agence autre que l’AFP;
* 32 n’avaient aucune mention

Le tout forme ce ravissant petit camembert :

Sur les 10 numéros, ça donne ce graphisme-là :

On constate donc que ce journal finance principalement l’AFP, une entreprise d’État pratiquant le dumping tout en se donnant bonne conscience puisqu’elle diffuse tout ce que vous voudrez sur l’altermondialisme qui est un créneau commercial comme un autre.

On peut donc s’interroger sur l’utilité de continuer à couvrir ces sujets (mal-logés, sans-papier, antipub, vélorutionnaire, décroissants, grèves et combats syndicalistes, manifs…). D’une part la place pour ce genre de sujet photographique ne cesse de diminuer dans tous les journaux, mais en plus ces derniers ont des abonnements à l’AFP qui les alimentent en flux constant de sujets contestataires…

Tout est recyclé, le système se nourrit de sa contestation, chacun existe le temps d’une annonce médiatique et le regard se normalise par appauvrissement du nombre de photographes (et de rédacteurs) capables de vivre de leur métier.

6 commentaires pour “Politis est-il un journal altermondialiste ?” (publiés sur l’ancien site)

1. Nielda dit :
10 October 2006 à 4:55 pm
C’est vrai que le camembert est “ravissant”, mais il n’étaye absolument pas les commentaires qui suivent. La particularité de Politis, ce n’est pas la provenance des photos, mais les textes qui les accompagnent. En fait l’illustration a très peu d’importance dans ce journal. Le papier est de mauvaise qualité, la maquette est basique, etc. Mais on s’en fou. Ce qui compte ce sont les textes, la ligne éditoriale. Et là , il n’y a pas photo, Politis est à part de tout ce qui se fait dans le paysage médiatique français.
2. pierre-emmanuel dit :
11 October 2006 à 3:32 pm
Effectivement, on se fout des photos, on se fout du travail des photographes (ce ne sont que de sous-journalistes, n’est-ce pas ?). Pourvu que la cause soit juste : toujours le décalage entre les paroles et les actes…
Mais alors, pourquoi perdre de l’argent en payant ces images à l’AFP ?
Pourquoi ne pas faire massivement entrer la publicité ? Pourquoi ne pas lier les abonnements avec des lecteurs DVD dézonés, des encyclopédies alternatives, des films underground ?
Bref, faire du marketing, mais alternatif, remplacer un pouvoir par un autre, faire des révolutions de salons ?
Politis ne sert pas à grand-chose sinon à conforter ceux qui ont déjà la science infuse, la minorité qui a toujours raison face au reste de l’humanité, mais qui n’oublie pas les bonnes leçons du capitalisme : payer le moins possible le travail des autres.
3. Christophe Kantcheff dit :
29 October 2006 à 2:51 pm
Quelle étude scientifique ! Et le graphique (pas le graphisme), quelle rigueur, quelle démonstration !
J’aimerais avoir votre temps disponible pour faire œuvre si utile. Peut-être, malgré tout, irais-je faire un tour, avant d’avancer accusations et anathèmes, du côté du journal incriminé. Avez-vous une quelconque idée de son économie ? Savez-vous comment il se fabrique, chaque semaine, dans quelles conditions matérielles, avec combien de salariés, avec quel budget ? Malheureusement nous sommes obligés de faire avec les moyens du bord. Les critiqueurs de votre espèce « le système se nourrit de sa contestation », ah oui ? Et vous avez trouvé ça tout seul ? s’imaginent que nous « finançons » l’AFP… Proposez-moi, au même tarif que l’AFP (davantage, nous ne pouvons pas, savez-vous que nous sommes actuellement en redressement judiciaire après déclaration de cessation des paiements ? Mais, de cela, c’est-à -dire, en particulier, de la sauvegarde des emplois, vous n’en avez cure…),proposez-moi, donc, aux mêmes conditions, une couverture photographique d’une très grande partie des sujets traités dans Politis, et nous en reparlerons.
4. pierre-emmanuel dit :
29 October 2006 à 4:54 pm
Extraordinaire ! Pour un journal qui se dit altermondialiste, votre niveau de réflexion est “proposez moi moins cher et je vous prends” !
Il n’y a pas d’étude scientifique. J’ai pas besoin d’avoir une vision scientiste du monde pour le comprendre en partie. J’ai pas besoin d’écouter les chroniqueurs économiques pour comprendre que le libéralisme n’est sans doute pas le meilleur système économique.
J’avais déjà eu un échange de mail avec Denis Schiffer à qui je proposais des images et qui m’avait “on a pas assez d’argent pour payer correctement les photographes, on aurait honte d’utiliser leurs images”, ce qu’on pourrait traduire par “laissons l’AFP faire le sale boulot de précariser les photographes en faisant du dumping, ça nous permet d’avoir encore moins cher que moins cher les images”.
A l’Humanité, les piges sont très basses, mais on peut encore proposer des sujets.
Au fait, pour avoir des infos moins chères que Politis, j’ai trouvé Métro et 20 minutes. J’ai pas la qualité, mais, comme pour l’AFP, ce n’est pas ce qui compte.
Pour finir, je vous offrirais bien la collection complète des 200 premiers numéros (environ) de Politis (à partir du numéro zéro), ainsi que l’original de ma part dans la société lors de sa création si vous avez le temps de passer par La Rochelle. Tout ça est dans des cartons, bouffé par les rats…
5. Christophe Kantcheff dit :
29 October 2006 à 5:58 pm
Comme vous le soulignez pertinemment, nous sommes dans un système libéral, tout journal altermondialiste que nous sommes. Et les contraintes qui pèsent sur nous ne sont pas plus supportables même si nous les contestons.
Vous jugez en ne vous souciant guère des contingences matérielles. Je vous invite vraiment à passer quelques jours dans les locaux de Politis, surtout actuellement où toute l’équipe se donne à fond pour sauver le journal (savez-vous que l’offre de reprise déposée au tribunal de commerce est une offre du personnel ? Un personnel qui ne gagne pas des mille et des cents…). Vous accepterez peut-être alors d’élargir votre point de vue.
ps : Denis Schiffer, le directeur de la rédaction, s’appelle Denis Sieffert.
6. Pierre-Emmanuel Weck dit :
29 October 2006 à 7:54 pm
Qui aime bien châtie bien…
Cet article a été écrit pour souligner le décalage entre le dire et le faire. Vous parlez de l’emploi, et, pour moi, photographe indépendant, la précarité c’est tous les jours.
Personnellement, mon engagement envers Politis est terminé depuis cette histoire d’image avec l’AFP. Je n’ai rien contre ce journal et je préfèrerais qu’il continue à vivre.
Puisque vous faites partie de la rédaction, sachez encore qu’il y a quelques mois un journaliste m’a demandé une photo en m’assurant qu’elle serait, bien entendu, payée. Je n’ai jamais été mis au courant de sa publication, je l’ai découvert en faisant des recherches à la bibliothèque du coin, car mes mails restaient sans réponse. Plusieurs relances envers le journal, toujours sans réponse, n’ont jamais permis de me faire payer. Alors, aujourd’hui, soit cet échange débloque la situation dans les 15 jours, soit, je lance une petite procédure pour être rémunéré à hauteur en fonction de mon travail. Parce que, outre le mépris envers un pigiste, même dans un monde libéral, il reste encore quelques règles qu’il serait bon qu’un journal même altermondialiste respects (surtout si elles ont été mise en place pour lutter, un peu, contre ce système libéral).
Sinon, désolé pour l’orthographe de Denis Shieffert, j’en prends bonne note.