Samuel Pisar

L’avocat et écri­vain amé­ri­cain Samuel Pisar, qui fut l’un des plus jeunes et célèbres sur­vi­vants de la Shoah, est mort lundi 27 juillet 2015 à New York à l’âge de 86 ans.

Né à Bia­lys­tok, en Pologne, le 18 mars 1929, il avait été déporté à 13 ans à Maj­da­nek, puis à Ausch­witz et à Dachau, d’où il avait été libéré à 16 ans.

Je ne l’ai croisé que deux fois pour l’inauguration du Mémo­rial de la Shoah et pour Yom Hashoah.

Il émanait de lui une telle éner­gie, quelque chose qui vous tirait par le haut, qui vous englo­bait dans un tout qui vous dépas­sait lar­ge­ment comme s’il voyait à tra­vers vous sans vous ignorer.

Sa parole était claire et pré­cise, d’une incroyable conci­sion, puis­sante et profonde.

Il fait parti de ces gens que l’on ne connait pas per­son­nel­le­ment et pour­tant, dont la dis­pa­ri­tion vous touche comme celle d’un ami de toujours.

Peut-être parce qu’il a su faire de son his­toire, liée à celle de l’humanité, l’histoire de cha­cun d’entre nous.

Lire sur le site du jour­nal Le Monde et à écou­ter sur France Culture :