La Galerie de Paléontologie

D’où vient cette fas­ci­na­tion pour les musées archi­vant les ori­gines, ceux qui gardent le sou­ve­nir de nos errances et de nos des­truc­tions face à la volonté toute puis­sante de nom­mer, clas­ser, réper­to­rier, normer…

Nos pitoyables erre­ments à vou­loir com­prendre le monde selon notre unique point de vue, détrui­sant tout ce que nous ne com­pre­nons pas, tout ce qui n’entre pas dans nos normes du moment avant de se rendre compte de l’irrémédiable erreur et de conti­nuer mal­gré tout, dans d’autres domaines.

L’Homme serait-il un éter­nel idiot intelligent ?

À chaque fois, la confron­ta­tion d’un enfant et de ces restes d’animaux me pro­cure un étrange sen­ti­ment comme d’un poten­tiel de puis­sance des­truc­trice en som­meil face à la beauté.

Ou au contraire, la ful­gu­rante com­pré­hen­sion de cette beauté extra­or­di­naire avant que de som­brer cer­tai­ne­ment dans la des­truc­tion ambiante.

Selon la réac­tion des parents on peut devi­ner ce qu’il en sera de cet enfant qui sui­vant la médio­crité ambiante ou, au contraire, per­cera quelques mys­tères et redon­nera l’espérance dans le genre humain, sau­vant ainsi, pour quelques ins­tants, toute l’espèce d’une défi­ni­tive condam­na­tion morale.