Le dernier train de nuit entre Berlin et Paris

Le tout der­nier train de nuit entre Ber­lin et Paris est parti jeudi 11 décembre 2014 de la gare Hauptbahnhof.

Peu ren­table pour la DB (Deutsch Bahn) face aux com­pa­gnies aériennes low­cost (envi­ron le double du prix de ces der­nières) mais aux charmes incom­pa­rables et avec de biens moindres consé­quences sur l’environnement, la dis­pa­ri­tion des trains de nuit est aussi le signe de la déli­ques­cence du pro­jet poli­tique et cultu­rel euro­péen face aux exi­gences de ren­ta­bi­lité à court terme et d’externalisation des coûts propre à l’économie para­si­taire du libéralisme.

Dernier train de nuit de la Deutsch Bahn (DB) au départ de Berlin (Hauptbahnhof) pour Paris (gare de l’Est)

Seuls deux dépu­tés du Bun­des­tag, Mathias Gas­tel des Grün­nen et Sabine Lei­dig de Die Linke ont jugé bon de se dépla­cer pour appor­ter leur sou­tien à ce triste événement.

Dernier train de nuit de la Deutsch Bahn (DB) au départ de Berlin (Hauptbahnhof) pour Paris (gare de l’Est)

Sym­bo­li­que­ment, entre les res­tric­tions bud­gé­taires sur le pro­gramme étudiant Eras­mus et les trains de nuit… le pro­jet euro­péen ne semble plus aimer les jeunes.

« L’Europe tout le monde en parle… »

Les fron­tière sont pro­gres­si­ve­ment réins­tau­rées pour les hommes tout en faci­li­tant tou­jours la cir­cu­la­tion des capi­taux et à la concur­rence fis­cale miner la vie des européens.

Dernier train de nuit de la Deutsch Bahn (DB) au départ de Berlin (Hauptbahnhof) pour Paris (gare de l’Est)

Les citoyens ont long­temps été en avance sur les hommes poli­tiques concer­nant les aspi­ra­tions au pro­jet euro­péen. Le monde poli­tique, trop occupé à lut­ter pour sa propre sur­vie et gan­gréné par les lob­bys divers et variés vide l’Europe de sa sub­stance cultu­relle pour n’en faire une coquille vide…

Dernier train de nuit de la Deutsch Bahn (DB) au départ de Berlin (Hauptbahnhof) pour Paris (gare de l’Est)

Mille ren­contres, mille petites his­toires par­ti­cu­lières vont se tarirent.

Le rap­port au temps et aux autres passe désor­mais par la consom­ma­tion, la satis­fac­tion ins­tan­ta­née et l’individualisme aux ren­contres normées.

Peu cher à court terme, l’avion for­te­ment pol­luant (santé et réchauf­fe­ment cli­ma­tique) est sujet aux aléas écono­miques mon­diaux et aux sub­ven­tions mas­sives des pou­voirs publics pré­fé­rant délé­guer l’avenir aux rapaces écono­miques du low­cost qui expé­ri­mentent sur leurs sala­riés les dégra­da­tions des condi­tions de tra­vail qui se géné­ra­li­se­ront ensuite à tous.

Dernier train de nuit de la Deutsch Bahn (DB) au départ de Berlin (Hauptbahnhof) pour Paris (gare de l’Est)

La fra­gi­lité et la peur des autres semblent actuel­le­ment être les véri­tables pro­jets euro­péens alors que cha­cun aspire à l’inverse.

Res­tent les sou­ve­nirs de départs de Ber­lin, il y a 20 ans ou seule­ment quelques mois

Dernier train de nuit de la Deutsch Bahn (DB) au départ de Berlin (Hauptbahnhof) pour Paris (gare de l’Est)
Dernier train de nuit de la Deutsch Bahn (DB) au départ de Berlin (Hauptbahnhof) pour Paris (gare de l’Est)

Il est encore temps de signer la péti­tion et de suivre l’actualité du sujet sur le site Nacht­zug Bleibt (multilingue).