Les jardins des Fontanières

Les jar­dins des Fon­ta­nières à la Mula­tière à Lyon.

Les jar­dins au 67 che­min des Fon­ta­nières à la Mula­tière dominent la Saône, au niveau du quar­tier du Confluent que les jar­di­niers ont vu pro­gres­si­ve­ment sor­tir du sol ces der­nières années.

À l’origine, il s’agissait de jar­dins fami­liaux d’une qua­ran­taine de par­celles qui, après avoir été l’aisée à l’abandon pen­dant 10 ans, ont été rache­tés en 2006 sous forme de SCI par l’architecte Fré­dé­ric Reynaud.

Si l’organisation du jar­din est pri­vée son fonc­tion­ne­ment s’apparente à celui d’un jar­din par­tagé. Les jar­di­niers paient une loca­tion selon la sur­face de leur par­celle, mais selon la charte d’utilisation doivent par­ti­ci­per aux tra­vaux col­lec­tifs (entre­tien des par­ties com­munes, défri­chage…) et de nom­breux espaces (prai­rie, bel­vé­dère, ter­rasse, ver­ger col­lec­tif…) et fêtes (pique-nique, thé de Noël…) entre­tiennent les ren­contres et la convivialité.

Cha­cun est libre de culti­ver ce qu’il veut sur sa par­celle, en dehors de la plan­ta­tion d’arbres en rai­son de la nature du sol et du res­pect de l’ensoleillement de la par­celle voisine.

Des ruches ont été ins­tal­lées don­nant lieu à une col­lecte de miel.

Une vieille cabane en bois récu­pé­rée d’un camp mili­taire amé­ri­cain de la Deuxième Guerre Mon­diale sert de local de ren­contre, de réunion ou de fête.

Les nou­veaux caba­nons des par­celles ont été des­si­nés en fonc­tion du style de ceux qui exis­taient déjà.